Mai 68, revue de presse

Publié le par Guylaine

Mai 68 est sous toutes les coutures !

Bon, nous y voilà, donc. 1968 + 40 = 2008.
C’est incontestable.
Et c’est manifestement le seul point incontestable concernant mai 68. Car 40 ans après, en résumé, il y a toujours les « pour » et les « contre ». Les bacs des libraires regorgent de livres de commémoration de toute sorte, la toile d’articles, posts, billets, vidéos et images. Entre articles objectifs, exutoires parfois haineux et archives, on a l’embarras du choix.

Le regard le plus en profondeur sur notre perception de ces événements est celui Gérard Grunberg, Directeur de recherche au CNRS / Sciences Po.

Celui donné par les cahiers sociologiques de Nanterre est intéressant également.

L’incontournable entretien avec Daniel Cohn Bendit est donné par Télérama.

Côté coups de gueule, on trouve des « anti – 68 » en Suisse et des « anti-anti-mai 68 » en France

Vu de Lille, on donne plutôt un éclairage international.

Le télégramme, lui, nous propose un livre qui traite le sujet par l’humour, avec une interview de l’auteur titrée « Mai 68, c’était marrant ».

La meilleure illustration est sur rue89.

On trouve également quelques témoignages intéressants. Celui de Georges Moustaki, par exemple.  
Pour Pascal Bruckner, c'est bien simple, « tout le monde couchait avec tout le monde ».

Avec « Mon mai 68 à la SNECMA » c’est comme si on l’avait vécu.

Le nouvel Obs estime que tout le monde a le droit de fêter la révolution… même Fauchon, qui lance un thé spécial Mai 68. Un thé vert de Chine, collector. Et en plus, la boîte reprend les slogans de Mai 68 !

On apprend même que Laurence Parisot investit dans Mai 68 par l’achat d’affiches aux enchères.

Mais surtout, nous les filles, pouvons devenir incollables sur la mode en 1968, lire Mai 68 en BD ou, plus original, en roman feuilleton.

Mais le média qui nous fait le plus facilement revivre les événements, à nous, les frustrées qui n'ont pas vécu Mai 68, reste la vidéos. Et sur ce point, les archives de l’INA restent imbattables. Ici, la semaine des barricades, du 6 au 13 mai 1968 :









Commenter cet article

réa 04/05/2008 21:59

merci pour cette mine d'information sur un évènement de société que j'aurais bien aimé vivre... (ça, et la révolution !)

Guylaine 05/05/2008 08:30


Oui, quoique la révolution, c'était plus risqué !